Skip to main content

Comment j'ai appris à négocier avec des acteurs armés – Entretien avec Essie Opoka

Essie Opoka est spécialiste de la formation au International Rescue Committee (IRC).

Elle est basée à Nairobi, au Kenya, et apporte son soutien aux programmes nationaux de l'IRC pour le renforcement des capacités dans le domaine de l'action humanitaire.

Essie a plus de 10 ans d'expérience dans la négociation dans de contextes humanitaires et est membre du Centre de compétences en négociation humanitaire depuis 2019.

Nous avons discuté avec elle de ses expériences de négociation et de la manière dont, après avoir participé à un atelier du CCHN sur la négociation humanitaire, elle s'est sentie suffisamment confiante pour négocier avec des groupes armés non étatiques afin d'atteindre les populations dans le besoin.

Bonjour et bienvenue à Essie ! À quoi ressemble une journée dans la vie d'une négociatrice humanitaire ?

Il se passe beaucoup de choses dans mon travail quotidien.

Tout d'abord, je dois comprendre quels sont les défis liés à négociation humanitaire. Quelles sont les nouvelles tendances ? Quelles sont les nouveautés que je ne connais pas ?

Ensuite, je dois identifier les personnes avec lesquelles je dois négocier et planifier mon processus de négociation.

J'apporte également mon soutien au reste de mon équipe et aux autres programmes nationaux de l'IRC sur la manière de gérer les défis liés aux négociations et de s'assurer qu'ils sont en mesure de les relever.

Je dois m'assurer que l'équipe possède les compétences nécessaires pour négocier dans le contexte où elle travaille, mais surtout qu'elle le fait en toute sécurité afin d'atteindre les populations vulnérables.

As-tu toujours pensé qu'il était crucial d'interagir avec les acteurs armés ?

Non, j'avais l'habitude de penser qu'il n'était pas juste de interagir avec des bandes criminelles ou des groupes armés non étatiques.

Le secteur était très différent à l'époque. Lorsque j'ai commencé, je n'avais reçu aucune formation. Je négociais beaucoup, de manière non structurée, mais je le faisais quand même.

Nous nous sommes d'abord concentrés sur la communication et la négociation avec ce que nous considérions comme des acteurs "légitimes" et des autorités gouvernementales.

Nous pensions qu'il s'agissait simplement de coordonner l'assistance et la protection des populations vulnérables.

Ce n'est que lorsque j'ai participé à un ateler sur la négociation humanitaire du CCHN que j'ai réalisé que cette approche ne fonctionnait pas et que nous devions interagir avec tous les acteurs du conflit.

Après l'atelier, je me suis dit : "D'accord, je pense que je peux faire face à cette situation". J'ai commencé à me sentir capable de négocier avec confiance et efficacité.

En tant qu'humanitaires, notre but dans les négociations est de pouvoir atteindre les populations vulnérables. En outre, nous devons également garantir la sécurité de notre personnel lorsqu'il fournit une assistance humanitaire.

"Si nous ne faisons pas en sorte d'interagir avec toutes les personnes qui ont de l'influence ou qui contrôlent l'endroit où se trouvent les personnes les plus vulnérables, nous ne pourrons pas atteindre ces personnes".

En fin de compte, notre mandat est de pouvoir fournir des services à la population qui a besoin de notre aide.

Peux-tu me donner un exemple de la manière dont la communauté du CCHN a fait une différence dans ton travail ?

Lorsque j'étais sur le terrain au Cameroun, le gouvernement nous a dit que nous ne pouvions pas parler aux groupes armés non étatiques présents dans le pays.

C'est après avoir rejoint la communauté du CCHN en 2019 que j'ai réalisé que j'avais trouvé un espace sûr, une famille, où je pouvais partager mes défis avec d'autres humanitaires et élaborer des solutions ensemble.

C'est de cette prise de conscience qu'est née l'initiative d'un "procédure opérationnelle commune", un document expliquant qui nous sommes et ce que nous faisons, en collaboration avec le reste de la communauté humanitaire travaillant au Cameroun.

Il nous a fallu près de deux ans pour faire comprendre aux autorités que notre rôle est de interagir avec tous les acteurs du conflit et que nous sommes là pour fournir des services humanitaires, et non pour interférer avec la gouvernance ou la direction du pays.

Nous avons commencé par analyser le contexte. Ensuite, nous avons dressé la carte des acteurs et de leur influence réciproque.

À partir de là, nous avons élaboré une stratégie de négociation sur la manière dont nous allions les interagir et établir une relation avec eux.

Grâce aux outils du CCHN et à la planification stratégique de nos négociations, nous avons pu atteindre davantage de populations, étendre notre action et obtenir l'acceptation des différents acteurs. Enfin, nous avons atteint plus de personnes qui avaient besoin de notre soutien sur le site domaine.

Ce fut un processus de longue haleine, mais il en valait la peine.

Tu veux d'autres conseils de négociation comme ceux-ci ? Explore nos autres articles.

Les émotions dans les négociations : Amies ou ennemies ?

| Toutes les histoires | Pas de commentaires
Découvrez pourquoi les émotions dans les négociations sont si puissantes, ce qu'elles signifient et comment les comprendre pour mieux négocier.

Comment j'ai appris à négocier avec des acteurs armés – Entretien avec Essie Opoka

| Toutes les histoires, Toutes les vidéos | Pas de commentaires
Essie Opoka, négociateur humanitaire avec plus de 10 ans d'expérience, partage comment elle a appris à négocier avec les groupes armés...

Négocier avec les militaires : Six conseils pratiques pour les humanitaires

| Toutes les histoires | Pas de commentaires
Quelles sont les meilleures pratiques pour négocier avec les personnes armées ? Voici six conseils pratiques pour négocier avec les militaires.
Le bulletin d'information CCHN

Obtenez des stratégies de négociation, des conseils de perfectionnement et des pratiques de gestion de la pression.

Rejoignez les 16 000+ humanitaires qui reçoivent chaque mois des conseils de négociation dans leur boîte de réception.
S'inscrire